Rubriques
Editorial
Actualités
Théatre
Danse
Cinema
Littérature
Qui a dit quoi
Arts Plastiques
Musique
Photos
Artisanat
Liens

Afribone
MAGAZINE
Tél: (223) 23 39 49
(223) 28 00 00
info@afribone.net.ml

partenariat avec Acte7

- dernière maj le 30 mars 2011
www.Bamako-culture.org est magazine qui vise un meilleur rayonnement culturel de notre capitale.
Bamako est un véritable carrefour de cultures mais comment s’y retrouver dans autant de trafic ?
Comment localiser un lieu, un contact ?
Etre au courant des événements ou des nouveaux produits culturels ?
Comment en savoir plus sur des artistes maliens ? Etc.
Ces pages se veulent non seulement une vitrine de créativités mais aussi une plate-forme d’échanges pour les acteurs culturels en faveur d’une dynamique de coopération.
Notre magazine entend démontrer que la capitale du Mali est une ville de culture contemporaine et de traditions.
Ses rubriques vont se développer et se dynamiser au fil des projets et des rencontres.
Il ne tient qu’à vous de nous y rejoindre…

 

Fespaco 2011 : LE CINÉMA MALIEN S’ADJUGE TROIS RÉCOMPENSES

Trois œuvres du cinéma malien ont été distinguées par la 22e édition de la Biennale du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui a fermé ses portes samedi dans la capitale du Burkina Faso en présence du président Blaise Compaoré.

Il s’agit du long-métrage "Da Monzon, la conquête de Samanyana" de Sidy F. Diabaté qui s’est adjugé le prix du meilleur décor doté d’une valeur de 1 million de FCFA et le prix spécial long-métrage de l’UEMOA. L’autre film malien primé est le court-métrage "Tinye So" de Daouda Coulibaly. Ce film a reçu le Poulain de Bronze récompensant la 3è place de cette catégorie. Son réalisateur a reçu le trophée des mains du professeur Elikia Mbokolo, parrain de cette 22è édition du Fespaco. Au trophée s’ajoute un chèque d’un million de Fcfa. Notre compatriote qui a eu l’opportunité de s’exprimer pendant la cérémonie a remercié les anciens du cinéma malien comme les réputés Souleymane Cissé et Cheick Oumar Sissoko et Moussa Ouane, le directeur du Centre national de la cinématographie du Mali (CNCM), tous présents à cette cérémonie, pour leurs conseils et appuis qui lui ont permis de réaliser ce film.

Le prix spécial long-métrage de l’UEMOA "encourage les créateurs à produire des images cinématographiques, télévisuelles et vidéographiques africaines qui contribuent à la croissance économique et à la dynamique culturelle et politique sous-régionale ». Le Grand prix de cette 22è édition du Fespaco, l’Étalon d’or du Yennenga, a été remporté par le film "Pégase" de Mohamed Mouftakir du Maroc. Pour le cinéaste, marocain son prix confirme "le décollage et l’éclosion" du cinéma dans le Royaume chérifien. Ce thriller psychologique raconte l’histoire d’une jeune femme, élevée comme un homme par son père dans le culte d’un Seigneur du cheval. À travers une vaste métaphore et une complexe mise en scène, Mohamed Mouftakir dénonce une société patriarcale qui oppresse les femmes et évoque le drame de l’inceste.

Film noir dans son propos et dans sa forme, Pégase repart également avec le prix du meilleur son. L’Étalon d’argent est revenu au film « Un homme qui crie » du Tchadien Mahamat Saleh Haroun, prix du jury au festival de Cannes et grand favori du Fespaco 2011. « Le mec idéal » de l’Ivoirien Owen Brown, une comédie romantique aux allures de téléfilm, repart avec l’Étalon de bronze.

Le Fespaco qui a aussi décerné quelque 19 prix spéciaux, consacre le dynamisme du cinéma maghrébin. En effet l’Algérie et le Maroc repartent chacun avec deux prix. Le meilleur court-métrage africain est aussi algérien : Garagouz d’Abdenour Zahzah. Côté musique, c’est le musicien Wasis Diop qui a été distingué pour sa participation à trois films : "Un homme qui crie” ; "Un pas en avant, les dessous de la corruption" de Sylvestre Amoussou et "En attendant le vote..." du Burkinabè Missa Hebié.

Deux films égyptiens "The wedding" d’Abdel Aziz Sameh et "Raconte, Sheherazade raconte" de Yousry Nasrallah ont été écartés de la sélection, pour une question de format, a expliqué le président du jury, le Gambien Cham Mbaye.

Rappelons que notre pays était représenté par cinq réalisations. Outre les œuvres primées, il y avait dans la catégorie de la fiction vidéo "Drogba est Mort" de Moussa Diarra ; et dans la catégorie des séries TV/video "Les rois de Ségou" de Boubacar Sidibé et "Karim et Doussou", de Aida Mady Diallo.

Mardi 8 mars 2011, par Youssouf Doumbia

Essor

 

Réalisé et hébergé par Afribone
2006

Haut de page